United States USA
{{scores.Home}}
live
{{getStatus('final')}}
5 JAN 2019
{{scores.Away}}
Finland FIN
Gold Medal Game
17:00Rogers Arena
teams {{item.Displays._default.ShortTitle}} {{getOvertimeShortTitle(periods)}} {{item.Displays._default.ShortTitle}} {{item.Displays._default.ShortTitle}}
USA
{{item.Score.Home}} {{groupPeriod.Score.Home}} {{item.Score.Home}} {{item.Score.Home}} {{item.Score.Home}}
FIN
{{item.Score.Away}} {{groupPeriod.Score.Away}} {{item.Score.Away}} {{item.Score.Away}} {{item.Score.Away}}
scoring
{{item.Displays._default.Title}}
{{scores.Scorer.Number}}
{{scores.Scorer.ReportingName}}
USA vs. FIN
{{scores.Video.VideoTitle}}
usa fin {{formatDate(scores.Video.VideoPublishDate)}}
{{scores.TimeOfPlay}}
{{scores.Assistant1Display}} {{scores.Assistant2Display}}
no goals
game details
Referee(s)
PRAZAK Daniel
ROMASKO Yevgeni
Linesmen
CHAPUT Maxime
YLETYINEN Emil
Spectators
{{spectators === '' ? '-' : spectators}}
Kaapo Kakko donne l’or aux Finlandais
By Lucas Aykroyd | 06 JANV. 2019
L’équipe nationale des M20 de la Finlande célèbre sa conquête de l’or au Championnat mondial junior 2019 de l’IIHF.
photo: Matt Zambonin / HHOF-IIHF Images
share

Kaapo Kakko a marqué le but gagnant à 1 min 26 s de la fin du temps réglementaire, aidant la Finlande à battre les États-Unis de justesse 3-2 dans le match pour la médaille d’or du Mondial junior 2019, samedi soir. Ce fut un autre moment électrisant de la riche histoire de ce tournoi.

Anton Lundell a remporté la mise au jeu dans la zone américaine et le défenseur Henri Jokirharju a saisi la rondelle à la ligne bleue. Lundell n’a pu compter en s’emparant du rebond sur le tir de Jokirharju, mais Kakko a saisi la rondelle et a compté d’un tir du revers au-delà de la jambière droite du gardien de but des États-Unis, Cayden Primeau.

« Je ne connais pas un meilleur gars que Kaapo pour marquer ce but », a dit le gardien de but finlandais Ukko-Pekka Luukkonen, qui a été nommé à l’équipe des étoiles du tournoi. « Il le mérite. Il a disputé un excellent tournoi. »

« C’est un joueur incroyable », a affirmé le défenseur Oskari Laaksonen. « Il a prouvé aujourd’hui qu’il est un joueur des grands matchs, et il aime jouer dans les matchs importants. C’est fantastique. »

Jesse Ylonen et Otto Latvala ont marqué les autres buts de la Finlande.

Alexander Chmelevski a obtenu un but et une aide, et Josh Noris a aussi marqué pour les Américains qui ont comblé un déficit de 2-0 en troisième période. Noah Cates a ajouté deux aides, et Jack Hughes, 17 ans, le pressenti premier choix au repêchage 2019 de la LNH, a obtenu une mention d’aide, égalant sa production offensive de chacun de ses trois premiers matchs.

« Le hockey est un jeu d’erreurs, je pense, et ils ont profité de celles que nous avons commises », a déclaré Ryan Poehling, Joueur par excellence du tournoi. « Nous n’avons pu profiter des leurs. Je crois que ce fut la différence dans le match aujourd’hui. »

« Avec du recul, ce seront probablement de beaux souvenirs », a dit Jack Hughes. « Mais en ce moment, c’est juste dommage que nous ayons perdu. J’aurais aimé que ça se termine autrement. »

Cependant, cette soirée sera gravée dans la mémoire collective pour le gros but de Kakko qui est censé être repêché après Hughes. C’était son deuxième but du Mondial junior.

C’est la troisième médaille d’or en six ans et la cinquième de l’histoire du tournoi pour la Finlande, une de plus que les Américains. Les Finlandais ont été les vainqueurs en 1987, 1998, 2014 et 2016. Gagner devient une habitude.

« Nous ne nous voyons jamais comme les négligés », a dit l’entraîneur finlandais Jussi Ahokas. « Mais pour nous, l’important a été de gagner sur la petite patinoire. Nous n’avions jamais réussi cela auparavant, et maintenant c’est fait. C’est la chose la plus importante pour le hockey finlandais. Je crois que nous produisons de meilleurs joueurs que par le passé. »

États-Unis - Finlande (2019 IIHF CMJ)
06 JANV. 2019
Au Rogers Arena de Vancouver, les Finlandais ont résisté à cinq avantages numériques des États-Unis, qui ont amorcé la finale avec un taux de 31,8 pour cent, un sommet pour le tournoi. La Finlande a dominé au chapitre des tirs au but 31-28, et Primeau et Ukko-Pekka Luukkonen ont tous deux été des héros.

Malgré la défaite, les Américains, médaillés d’argent, ont porté leur série de médailles consécutives au Mondial junior à quatre. Ils ont remporté le bronze en 2016 et 2018 et l’or en 2017.

« C’est difficile à faire », a admis Primeau. « Évidemment, ils en retirent une certaine fierté à USA Hockey. Évidemment, l’argent n’est pas ce que nous voulions aujourd’hui, mais nous pouvons néanmoins en retirer honneur et fierté. »

Avec cinq joueurs de l’an dernier de retour pour les Américains et sept pour les Finlandais, la motivation était au rendez-vous. Le match pour la médaille d’or a été joué à une allure vive digne des deux formations qui patinent le mieux au tournoi.

Au cours d’une première période sans but, les Finlandais ont dominé leurs adversaires 13-9 dans la colonne des tirs au but, mais le résumé de la période montrera les occasions de grande qualité autour du filet de Luukkonen.

Les États-Unis ont profité du premier avantage numérique lorsque Rasmus Kupari, qui s’avançait à l’échec avant, a donné un coup de coude à Josh Norris dans le coin, au milieu du premier tiers. Les Américains croyaient avoir marqué le premier but à 9 min 45 s. Luukkonen a dévié un tir de Ryan Poehling sur la baie vitrée et la rondelle a bondi devant le filet, permettant à Oliver Wahlstrom de tirer la rondelle libre dans le but pendant une mêlée devant le filet. Toutefois, le but a été refusé puisque Chmelevski était dans l’enceinte. La reprise vidéo a confirmé la décision prise sur la glace. 

À propos de la décision, l’entraîneur Mike Hastings a dit : « Je crois qu’il a dit que notre bâton était dans la jambière du gardien de but. »

Lors de la deuxième supériorité numérique des États-Unis, le gardien de but finlandais a réussi un arrêt spectaculaire avec son bâton sur un tir de Chmelevski qui se trouvait à côté du filet. En fin de période, Luukkonen a été époustouflant à nouveau après que Cockerill a foncé au filet, a feinté autour de Jokirharju et a remis la rondelle au centre à Chmelevski qui a eu une occasion en or. 

Jouant avec le feu, les Finlandais ont résisté à deux autres supériorités numériques américaines en deuxième période avant qu’Evan Barratt ne soit pénalisé pour avoir causé de l’obstruction sur Luukkonen. Ylonen a ouvert la marque pour la Finlande grâce à un puissant tir sur réception à 11 min 31 s après avoir capté une passe de Laaksonen en deçà de la ligne bleue et logé la rondelle par-dessus la mitaine de Primeau. Ylonen avait inscrit le seul but de la Finlande dans la défaite de 4-1 aux Américains la veille du jour de l’An à Victoria.

« Nous ne voulions pas les tenir pour acquis simplement à cause du résultat que nous avions connu plus tôt dans le tournoi », a dit Primeau. « Mais ils ont joué comme à l’habitude, faisant preuve d’habileté, tirant au but et saisissant des rebonds. »

Pendant que Teemu Engberg était au banc des punitions pour avoir fait trébucher Chmelevski, Sami Moilanen a presque marqué lors d’une occasion en or en désavantage numérique. Avant la fin de la punition, Kakko et Lundfell n’ont pu marquer à l’issue d’un 2 contre 1.

En troisième période, les Finlandais ont fait preuve de patience et ils ont bien appuyé la rondelle pendant que les Américains tentaient à tout prix d’inscrire le but égalisateur.

À la sixième minute du troisième tiers, Latvala a donné une avance de 2-0 aux siens quand son tir du poignet décoché près du point central s’est frayé un chemin dans la circulation et a trompé la vigilance de Primeau du côté du bâton.

Les Américains ont été résilients. Ils ont répliqué seulement 1 min 1 s plus tard lorsque leur jeu initial a échoué. Jack Hughes a tenté un tir que Laaksonen a bloqué et la rondelle s’est dirigée vers Chmelevski qui a compté d’un mauvais angle alors qu’il se trouvait à la droite de Luukkonen.

Les États-Unis ont nivelé la marque à 8 min 47 s. Chmelevski s’est emparé d’une rondelle libre dans le cercle de mise au jeu gauche et a effectué une passe du revers à Josh Norris dont le tir sur réception a déjoué Luukkonen qui glissait.

« J’ai bien aimé notre réaction », a dit Hastings. « Je suis certain que certaines gens pensaient que nous étions presque morts et enterrés lorsque nous tirions de l’arrière par deux, mais nous avons remonté la pente et nous nous sommes battus. »

« C’est du hockey junior, alors tout peut arriver », a dit Laaksonen. « Ils en ont marqué deux, mais nous sommes revenus par la suite. »

Alors qu’il restait 10 minutes en troisième période, Luukkonen a habilement repoussé le tir de Jack Hughes qui était en échappée. Quatre minutes plus tard, pendant que les Américains exerçaient une forte pression, il a bloqué un tir de Wahlstrom en zone privilégiée.

« Ils avaient marqué quelques fois avec un tir entre les jambières dans le premier match et je me suis vengé maintenant », a dit Luukkonen.
Interviews après la finale (en anglais/finlandais)
06 JANV. 2019
Une blessure à une cheville a nui aux efforts du capitaine Aarne Talvitie en troisième période. Les Finlandais ont tenté de tenir le coup pendant que la foule de 17 206 à Vancouver scandait : Let’s go, Finland! Et Kakko n’a pas déçu. 

Ahokas a vanté le comportement du jeune de 19 ans : « Il est venu pour jouer et il n’a pas joué, mais il est ensuite venu au banc vers la fin il a commencé à encourager les gars et à les motiver. Je crois que cela en dit long sur son caractère et sur le genre de personne qu’il est. »

Tous les matchs pour la médaille d’or des années 2010 ont été décidés par au plus deux buts et ce suspense intense a respecté le scénario. La Finlande est fière de se retrouver sur le podium après une neuvième place désastreuse en 2017 et une sixième place décevante en 2018.

« C’est incroyable », a déclaré Luukkonen. « C’est encore mieux après la déception au tournoi de l’an dernier. De revenir ainsi, c’est tout à fait incroyable. »

Le résultat témoigne de la croissance du hockey finlandais depuis la dernière fois que le pays a joué pour une médaille au Mondial junior à Vancouver. En 2006, le gardien de but Tuukka Rask avait volé la vedette pour les Finlandais avec ses actes héroïques contre la Suède et sa performance face aux Américains avait permis aux siens de gagner le bronze. Treize ans plus tard, Suomi est au sommet du monde du hockey junior.

« Je pense qu’il faut donner le crédit à la Finlande pour avoir joué avec du mordant comme elle l’a fait », a dit Hastings. « Ils étaient affamés et ce fut un match chaudement disputé. »

Ceci a été le premier match pour la médaille d’or joué au Rogers Arena depuis que Sidney Crosby a marqué le but gagnant en prolongation contre les Américains pour donner la victoire de 3-2 aux siens dans la finale olympique en 2010. L’aréna a aussi accueilli la finale du Mondial junior de 2006 où le Canada a blanchi la Russie 5-0.

« J’ai simplement rappelé aux gars que cet édifice est celui où Crosby avait marqué ce but », a dit Kakko. « Je suis chanceux de l’avoir fait. »

Les amateurs de Vancouver ont pu voir à l’œuvre les futurs espoirs des Canucks en finale. Le défenseur Quinn Hughes a joué pendant un nombre gigantesque de minutes et l’avant Tyler Madden a aussi joué un rôle important pour les Américains au tournoi. Le défenseur finlandais Toni Utunen, qui a brisé le cœur des Canadiens en portant la marque à 2-1 en prolongation en quart de finale contre l’équipe hôte, a aussi montré du jeu inspirant.

Ces jeunes hommes représentent l’avenir à Vancouver, et avec du travail ardu et un peu de chance, ils pourraient devenir les chouchous de la ville comme l’ont été Henrik Sedin et Jyrki Lumme, qui assistaient tous deux à la finale et qui ont soulevé les applaudissements chaleureux de la foule lorsqu’ils sont apparus à l’écran géant. 

Maintenant que ce tournoi enlevant a pris fin, les yeux du monde du hockey des M20 se tourneront maintenant vers la République tchèque où les Finlandais tenteront de défendre leur titre au Championnat mondial junior 2020 de l’IIHF à Ostrava et Trinec.